Table basse rehaussée "LACK"

2005 - 2015

Biographie

Voilà un objet à la vie mouvementée qui mérite bien un hommage totoomique. En 2005, je travaillais assis sur une chaise 8 heures par jour (pour glaner deux RTT par mois). J'avais envie d'autre chose pour la maison. Avec une table basse en guise de bureau, c'était comme renouer avec notre chère Terre nourricière, d'autant que la moquette au sol du nouvel appart promettait tant de douceur... Bon, je crois surtout que dans un contexte de vie urbaine sociale, cette table basse serait la garantie d'une soirée réussie. Premier hic, la table Lack était munie d'une sous-planche, sûrement pour stocker des magazines. Impossible de s'asseoir sans se cogner les genoux, à moins d'être cul-de-jatte. Elle fut retirée tout simplement. Le mode table basse passa, comme toute mode. Il me fallait une table haute. Plutôt que d'en acheter une, pourquoi ne pas rehausser la table basse ? J'achète le modèle "Lack table d'appoint", la plus célèbre des tables de chevet d'Ikéa. Les pieds de cette dernière se retrouvent greffés au bout de ceux de la Lack. Grands moments d'instabilité ! Comment font les éléphants girafesques de Dali pour ne pas tomber ?

Au logis dit "la truelle", la Lack rehaussée servira de table de jardin. Victime des intempéries, elle finira à la décharge. Seule survivante : la sous-planche, cette oubliée.

A VSL, la sous-planche connaîtra même une certaine gloire en devenant table de cuisine ! Prise en sandwich entre des tréteaux sauvés in extremis à la déchetterie d'Agen et une toile cirée hideuse (elle aussi objet d'un hommage totoomique).

cryspy

Mémorial

Cet hommage figure dans le mémorial Meubles.